VIVE LA RÉVOLUTION !
Accueil du site > Comment publier un article > Le cul de Brigitte Bardot censuré sur DVD (vidéos 4’27 ; 1’07 ; 1’04 ; 51’’ ; (...)

Le cul de Brigitte Bardot censuré sur DVD (vidéos 4’27 ; 1’07 ; 1’04 ; 51’’ ; 2’45)

dimanche 30 décembre 2012, par visiteur (Date de rédaction antérieure : 30 décembre 2012).

Pourquoi censurer certains films à leur sortie en DVD ?

Quand certains films sortent sous forme de DVD (ou aussi de Blue-Ray, je suppose) ils sortent d’une façon censurée.

La première fois que je l’ai constaté, c’était pour le film de Sergio Leone « Il était une fois la révolution », où la scène d’amour libre dans le souvenir du héros qui va mourir, à la fin du film, est supprimée ! Mais, heureusement, quelques temps plus tard, est sortie une version intégrale de ce film. Ce qui fait que j’aie dû le racheter ! C’est dégueulasse !

Voici cette scène — entourée d’un tout petit peu de son contexte, au début et à la fin — qui est tout de même la conclusion du film :

VIVE L’AMOUR LIBRE !

L’amour libre censuré
lors de la première sortie en France
du DVD de « Il était une fois la révolution » !

Pourtant, une révolution digne de ce nom
sera aussi une révolution amoureuse et sexuelle
prônant une liberté totale.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

La deuxième fois que j’ai vu un film censuré lors de sa parution en DVD, c’était « Black Mic-Mac » où les meilleures scènes que j’avais vues au cinéma avaient été censurées.

Notamment, une Allemande arrive en France et se met en couple avec un Français noir qui lui apprend à parler le français. Il se trouve qu’elle prend le même accent "noir" que lui, et elle dit souvent "présentement", etc. comme font les Noirs. Cette scène est géniale et super-rigolote. Elle a été supprimée lors de la sortie du DVD de ce film.

Autre scène censurée : À un moment, Jacques Villeret est amené à tabasser un flic à coup de bâton. Mais, il fait ça très brutalement, très méchamment, en le tabassant bien longtemps, et ça dure, et ça dure… exactement comme le font les flics quand ils tabassent les manifestants. Cette scène qui prenait tout son sens à cause de sa durée, justement, a été racourcie à l’extrême. À tel point qu’on peut dire qu’elle a été supprimée.

Troisième scène censurée : à un moment, le sorcier venu d’un village lointain d’Afrique afin de constater quelle était la vie des Blancs dans une grande ville, finit par réussir à sortir du métro où il était perdu. En sortant, le sorcier constate que les Blancs adultes vivant dans les grandes villes ne disent pas bonjour, que seuls les enfants ont encore conservé assez d’humanité pour le faire. Que cette humanité, ils la perdent en grandissant. Cette scène dont le sens est tout à fait véridique a été censurée sur le DVD que j’aie acheté.

Lors de sa sortie en DVD, le film « Blac Mic-Mac » a été écrété, les meilleurs scènes, celles pour lequel je l’adorais, ont été censurées. Du coup, ce film qui était génial lors de sa sortie en salle, est devenu tout à fait banal en DVD.

Autre film censuré à sa sortie en DVD, le film « En cas de malheur » avec Brigitte Bardot et Jean Gabin. Ce film est passé sur France 2 il y a quelques temps déjà. Quand le ciné-club de France 2 a présenté ce film, il a expliqué qu’une scène où Brigitte Bardot montre ses fesses avait été censurée. Mais le film qu’il a montré est celui tel que publié dans la version DVD de René chateau.

Voici cet extrait en version originelle non censuré :

Originellement on voit le cul de BB

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Dans la version DVD de René Chateau, les fesses de Brigitte Bardot sont censurées :

Les fesses de BB censurées dans la version DVD de René Chateau.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Une telle censure, lamentablement nulle en soi, est d’autant plus ridicule que dans la scène suivante, non censurée par René Chateau, Brigitte Bardot est intégralement nue :

BB intégralement nue dans "En cas de malheur".

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Présentation et intro René Chateau d’« En cas de malheur ».

Enregistré au Ciné-Club de France 2 le 26 septembre 2012 à 00h50.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.


En comparant la deuxième vidéo avec la troisième, on constate que lors de son passage à la télévision au ciné-club de France 2, le film « En cas de malheur » a été coupé en haut et en bas. Un tel manque de respect vis-à-vis des oeuvres d’art est absolument inadmissible. Surtout de la part d’une émission qui se présente comme étant un "ciné-club" !

Pourquoi une telle coupure de l’image en haut et en bas ? tout simplement, le film « en cas de malheur » a été tourné dans le vrai format de cinéma, le format 4/3. On en a, sans scrupule aucun, coupé une bande en haut et une en bas pour le faire rentrer de force dans le nouveau format à la mode utilisé aujourd’hui par la plupart des écrans de télévision. Le format 16/9.

J’ai vu à la télé, fin des années 1960 début 70, un grand du cinéma parlant de la télévision et du cinéma. À cette époque, les gens restaient coincés devant leur télé et n’allaient plus au cinéma. Pour pallier à ça, cette personne, après avoir constaté qu’il ne s’agissait pas vraiment d’une question d’argent de la part des spectateurs, a proposé de tourner dorénavant des films qui ne pourraient plus passer correctement à la télévision, en changeant tout simplement le format : en les faisant avec un format allongé (du genre 16/9). C’est ce qui a été effectivement fait. C’est alors que sont apparus les premiers "téléfilms", tournés spécialement pour passer à la télévision, et donc au format télé qui était à l’époque le 4/3.

Mais, depuis, tout ça a été oublié, et les téléfilms d’aujourd’hui ont tout simplement à peu près le même format que les films "cinéma", puisque les télévisons ne sont plus en 4/3, mais en 16/9.

En cette fin d’année 2012, où l’on se plaint que les gens sont allés moins souvent au cinéma que les années précédentes, je proposerais tout simplement d’en revenir au vrai format du cinéma. C’est-à-dire au format 4/3. Car maintenant, c’est lui qui ne passe plus correctement à la télé. Et c’est tout de même le vrai format du cinéma ; d’ailleurs, c’est le premier à avoir été adopté : c’est le format historique !


À propos de Brigitte Bardot, je tiens à signaler qu’à l’époque où elle remplissait les salles de cinéma, l’on n’a jamais loué ses talents d’artistes. Seulement sa beauté légendaire. Ce qui est tout à fait injuste, car en ne parlant que de sa beauté, on masquait ainsi son immense talent. Ça aussi, c’est une forme de censure !


À BAS LA CENSURE !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0