VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > BHL - 10 février 2014 - Après avoir soutenu al-Qaïda en Libye et en Syrie, (...)

BHL - 10 février 2014 - Après avoir soutenu al-Qaïda en Libye et en Syrie, Bernard-Henri Lévy soutient les nazis en Ukraine

lundi 15 février 2016, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 10 février 2014).

BHL prenant la pose sur une barricade dans la capitale Ukrainienne. Après avoir soutenu en Libye et en Syrie les mercenaires islamistes recrutés dans le monde entier par l’impérialisme américano-franco-sioniste pour combattre les antisionistes Kadhafi, puis Bachar el-Assad, l’agent israélien Bernard-Henri Lévy est à Kiev, en Ukraine, pour soutenir les mercenaires nazis recrutés un peu partout en Europe par l’impérialisme américano-européiste.

Ukraine - 24 janvier 2014 - Les nazis de Svoboda servent de mercenaires à l’impérialisme américano-européiste :

http://mai68.org/spip/spip.php?article6617

Le leader des émeutes en Ukraine est en effet Tiahnibok, chef du parti nazi svoboda, dont vous avez ci-dessous une photo cliquable pour l’agrandir :


BHL pose sur une barricade à Kiev

http://www.almanar.com.lb/french/ad…

10-02-2014 - 09:20

L’équipe du site al-Manar, télévision du Hezbollah, résistance antisioniste libanaise censurée en France. France, soit-disant terre de liberté !

Après son ingérence en Libye et en Syrie, le militant franco-sioniste Bernard-Henri Lévy, est à Kiev, en Ukraine. Levy a pris la pose sur une barricade dans la capitale Ukrainienne, théâtre d’un affrontement entre le gouvernement pro-russe et des milliers de manifestants soutenus par des services de renseignements étrangers depuis plusieurs mois.

En Ukraine depuis jeudi, Lévy a estimé que "pour nous, en France, les Jeux olympiques, c’est les victoires et les médailles. Pour les gens de Kiev, les Jeux olympiques c’est peut-être une trêve mais ils comptent les jours car ils savent que c’est peut-être après les JO que Vladimir Poutine, ou sa marionnette à Kiev, pourrait décider d’agir et de frapper".

"La capitale de l’Europe est à Kiev"

"Le message que je veux faire passer, c’est que la capitale de l’Europe aujourd’hui est à Kiev. Que les valeurs de l’Europe, c’est à Kiev qu’elles s’incarnent", a dit BHL, invité dimanche matin d’Europe 1.

"Ce qui m’a frappé depuis quelques jours que je suis ici, c’est à quel point le véritable esprit européen, c’est ici qu’il souffle. C’est totalement bouleversant à une époque où l’Europe doute d’elle-même, où elle ne sait plus où sont ses valeurs", selon lui.

Ambassadeur russe : condamner les actes des extrémistes

Au lieu de dicter à l’Ukraine son axe de développement futur, l’Occident, y compris les Etats-Unis, doivent faire une évaluation claire des actes des extrémistes y agissant, a pour sa part déclaré l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kislyak.

"Nous voyons à quel point l’Occident, y compris les Etats-Unis, aspire à dicter à nos amis et voisins ukrainiens ce qui leur convient et ce qui ne leur convient pas. Dans leurs interventions publiques, ils prônent le règlement politique, tout en insistant sur le point que l’Ukraine n’aurait qu’un seul choix", a expliqué l’ambassadeur dans une interview aux médias russes.

"Je n’ai pas entendu de leur part d’évaluation claire et univoque des actes des extrémistes qui sous couvert d’une révolution démocratique tentent de brûler des policiers dans les rues.

Ce qui a eu lieu dans les rues de Kiev est une preuve de l’extrémisme politique dans un Etat voisin et frère", a conclu le diplomate russe.

Depuis le 21 novembre, l’Ukraine connaît une vague de protestations populaires déclenchées par la décision du pouvoir de suspendre le processus d’association avec l’Union européenne.

Le mouvement de protestation s’est radicalisé à la mi-janvier suite à l’adoption par le parlement d’une série de lois sur les manifestations.

Les violences qui s’en sont suivies ont fait trois morts, selon les autorités ukrainiennes. Face à la pression populaire, le président Viktor Ianoukovitch a accepté le 28 janvier la démission du premier ministre Nikolaï Azarov.

Celles et ceux qui n’ont pas bien suivi auront peut-être un peu de mal à comprendre cette démarche d’un sioniste comme BHL de soutenir les islamistes d’al-Qaïda, qui sont censés être antisionistes, et aussi de soutenir les nazis qui ont génocidé les Juifs ! Les articles ci-dessous éclaireront certainement les esprits.

L’islamisme est un produit de l’impérialisme anglo-saxon, de la CIA et du MOSSAD :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1940

Les Frères musulmans sont une carte entre les mains de la CIA :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2240

Syrie - Libye - 4 juin 2012 - L’agent israélien BHL avoue son alliance avec al-Qaïda (vidéo 14’27) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4257

Alliance entre sionistes et nazis - Le Transfert agreement du 7 aout 1933 (vidéo 13’15) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article6569

L’anticommunisme, profession des sionistes (Livre introuvable d’URSS 1972) Chez les Juifs aussi, il y a une classe dominante et une classe dominée, c’est-à-dire des exploiteurs et des exploités.

Je vous propose un petit livre, de moins de cent pages en gros caractères, qui nous vient en direct de l’ancienne Union Soviétique. Il a été écrit par N. Bolchakov et publié par Novosti en 1972. Il nous explique en particulier que le sionisme est l’idéologie de la classe dominante juive. Il dénonce aussi les nombreuses compromissions du sionisme avec Hitler et les nazis ; et plein d’autres choses. Ce petit livre est Bourré de références prouvant ce qu’il raconte. Il est disponible au lien ci-dessous au Format PDF :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4974

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0