VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Trahison ! Aubry veut augmenter l’âge de la retraite !

Trahison ! Aubry veut augmenter l’âge de la retraite !

jeudi 5 juillet 2018 (Date de rédaction antérieure : 19 janvier 2010).

Et hop ! encore une nouvelle trahison de la part des "socialistes" : parlant de l’âge de la retraite au "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI" Martine Aubry a osé dire sur le ton de l’évidence : « Je pense qu’on doit aller, qu’on va aller très certainement vers 61 ou 62 ans. »
Bonjour à toutes et à tous,

   Pour bien voir que cette nouvelle trahison de la part des "socialistes" n’a pas à nous étonner, veuillez lire l’historique des trahisons des "socialistes" depuis leur origine :

   http://mai68.org/spip/spip.php?article1691

   Pour bien vous convaincre qu’il s’agit bel et bien d’une trahison, d’une nouvelle trahison, il vous est nécessaire de lire le texte dont le lien est ci-dessous :

   http://mai68.org/journal/N53/7fevrier2001.htm

   Extrait tiré d’un article du Monde Diplomatique de Juin 1999 cité au lien ci-dessus :

   « La capacité de financer tout prélèvement repose donc, en dernier ressort, sur le produit intérieur brut (PIB). Or, selon les projections du Commissariat général du Plan, celui-ci devrait augmenter de 9 600 milliards entre 1998 et 2040, ce qui représente plus de cinq fois l’augmentation de la charge des retraites, estimée à 1837,6 milliards de francs. »

   En gros, il y a certes de moins en moins de jeunes pour financer les retraites des vieux ; et, ça, on nous le dit et le redit sans arrêt ; mais, ce qu’on ne nous dit jamais, c’est que la productivité du travail augmente de plus en plus grâce au progrès scientifico-technique. En 20 ans, la productivité du travail a été multipliée par quatre.

   C’est-à-dire qu’un travailleur d’aujourd’hui est tout autant efficace que quatre travailleurs d’il y a vingt ans ! Alors, quand on nous raconte qu’avant il y avait quatre travailleurs pour assurer la retraite d’une personne et que maintenant il n’y en a plus qu’une et demi, on se fout totalement de nous.

   En fait, il n’y a aucun problème de retraite, contrairement à ce que la plupart des gens qui ont droit à la parole à la télé nous serinent sans arrêt. C’est seulement que les patrons ont trouvé un nouveau truc pour exploiter encore plus les travailleurs. Ce n’est qu’un nouveau mensonge pour justifier une encore plus grande exploitation de l’homme par l’homme.

   Par contre, là où il y a un problème, c’est pour trouver du boulot quand on a plus de cinquante ans.

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Post-scriptum : ce n’est pas la première trahison du P"S" au sujet des retraites :

1°) À l’origine, le taux de la retraite était calculé sur les 10 meilleures années de travail, puis le pouvoir a décidé que le taux serait calculé sur les 25 meilleures années. Le P"S" a laissé passé ça sans broncher.

2°) Il faut rajouter une chose essentielle que tout le monde semble avoir oubliée, mais pas moi :

« Environ deux mois avant les Présidentielles de 2002, Jospin et Chirac ont signé ensemble à Barcelone un accord européen pour privatiser EDF et pour augmenter de 5 ans l’âge de la retraite. »

Il ne faut donc pas s’étonner que le P"S" cherche à mettre en application ce projet de loi européen ! VIVE L’EUROPE !

Vous trouverez cette citation dans mon texte publié le 29 avril 2005, intitulé "JOSPIN, LE MENTEUR DE VILVOORDE", au lien ci-dessous :

http://mai68.org/spip/spip.php?article961

8 Messages de forum

  • Je ne vois pas le rapport entre le PIB qui augmente effectivement , et les cotisations des salariés (qui elles servent a payer les retraites) qui n’augmentent pas (vu que ni les salaires ni le nombre de salariés n’augmentent …)

    Mais peut être quelqu’un peut il m’éclairer

    Merci d’avance

  • Réponse au Visiteur du 20 janvier à 09h09 :

    Il n’y en a pas. L’auteur s’est apppuyé sur des chiffres sans réfléchir à ce qu’ils voulaient dire…

    Les bénéfices des entreprises entrant en compte dans le PIB va aux actionnaires pas à l’Etat.

  • Réponse de do aux deux messages précédents :

    Si vous voyez pas le rapport, c’est que vous êtes aveugles ! (Pourtant le deuxième message n’est pas loin de voir la solution.)

    Le Monde diplomatique, lui, en voit un de rapport ! C’est d’un article du Diplo sur le financement des retraites qu’est tirée cette citation :

    « La capacité de financer tout prélèvement repose donc, en dernier ressort, sur le produit intérieur brut (PIB). Or, selon les projections du Commissariat général du Plan, celui-ci devrait augmenter de 9 600 milliards entre 1998 et 2040, ce qui représente plus de cinq fois l’augmentation de la charge des retraites, estimée à 1837,6 milliards de francs. »

    L’article est ici :

    http://www.monde-diplomatique.fr/19…

    Bon ! le voilà, le rapport :

    Puisque la productivité des travailleurs a été multipliée par quatre en 20 ans, le bénéfice des exploiteurs lui aussi s’est multiplié, même si l’on nous le cache du mieux qu’on peut afin d’éviter augmenter les salaires des exploité-e-s.

    ON PEUT PAR CONSÉQUENT AUGMENTER LES COTISATIONS PATRONALES !

    Du moins celles des grandes entreprises, c’est-à-dire celles où la productivité du travail et donc le bénéfice des patrons a effectivement augmenté (sans pour autant que les salaires des exploité-e-s n’aient augmenté, eux ! ce qui est parfaitement dégueulace.).

    Le plus simple et le plus juste, en attendant l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme, c’est tout simplement de multiplier par quatre les salaires, et c’est faisable, puisque la productivité du travail a été multipliée par quatre en vingt ans !

    Ainsi les cotisations retraites seront elles aussi multipliées par quatre.

  • à propos de l’article : Bien parlé, Bravo !

  • En effet, tous les partisans de l’Europe telle qu’elle s’est instituée sont des traitres : De Gaule s’offusquait déjà en voyant comment cela tournait. Mais Mitterrand nous a trompé en nous incitant à voter pour le traité de Maastrich…

    Sa femme, Danielle Mittérand, a dit que "les socialistes ont été élevés au biberon du libéralisme" !

    Nous voilà devant une dictature qui ne veut pas dire son nom. Nos députés ont voté des amendements dans la constitution française afin de rentrer dans l’UE, car c’est un abandon total de souveraineté nationale et un dénie de démocratie totale que cela comporte : le parlement européen n’a aucun pouvoir, et la cuisine se fait ailleurs dans une commission à la merci des lobbies…

    On a toutes les raisons de nous alarmer et ne plus voter pour eux !

    Cordialement,
    Michel
    http://www.webnietzsche.fr
    http://www.mirbeau.org
    http://egyptolog.chez.com
    http://zara.chez-alice.fr/
    http://webduweb.free.fr
    http://sel49.free.fr

  • Depuis le PS s’est ressaisi en réaffrirmant qu’il est pour "LA RETRAITE A 60 ANS"

    Mais ce n’est qu’une apparence

    • dans le Code du Travail LA "RETRAITE A 60 ANS" n’a jamais été qu’un DROIT A LA RETRAITE A 60 ANS , 60 ans étant l’âge à partir duquel le salarié pouvait demander la liquidation de sa pension
    • en fait cette réaffirmation fait le silence sur le montant des pensions versées ; si ,par exemple - le pire est à craindre - il fallait passer à 45 ans de cotisations pour avoir une retraite pleine ,presque personne n’obtiendrait une retraite pleine d’où la quasi certitude d’une baisse des retraites

    Sun Tzu

  • Trahison ! Aubry veut augmenter l’âge de la retraite ! 16 septembre 2010 18:23, par Visiteur

    EN CE MOMENT LA PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL DOUBLE TOUS LES DIX ANS !

    • Trahison ! Aubry veut augmenter l’âge de la retraite ! 19 décembre 2014 12:24, par Sophophile

      Etes-vous sûrs que ce qu’on appelle la "productivité du travail" est bien défini ?

      Et que ça s’applique aussi ,par exemple, à la "technicienne de surface" et à "l’hôtesse de caisse" quand elle n’est pas remplacée par le client avec les caisses automatiques ?

      Il faut penser avec des mots et ne pas laisser les mots penser pour nous, ce qui a entraîné, entraîne et entraînera encore bien des maux.

      "Qui trouve nos conceptions, organisations et pratiques sociétales globalement rationnelles et louables ne l’est guère"

      Le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter, voire réduire, les maux pesants.

       C’est un combat militant qui en vaut d’autres, voire conditionne le succès des autres parce que ce souci est ou au moins semble absent chez beaucoup d’intervenants, dans des commentaires d’articles de presse en particulier, sinon dans les articles eux-mêmes, à propos de tous les grands sujets sociétaux , politiques inclus bien évidemment. Et c’est parfois le cas de beaucoup de nos vecteurs d’opinions et/ou de décisions.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0